Clémentine Galey lève les tabous sur la grossesse et l'accouchement

 

Par Delouison

Qui est Clémentine Galey ?

Je suis podcasteuse, engagée pour que la parole des femmes autour de la grossesse, l’accouchement et la maternité en général se libère. Mais je suis aussi une une mère de deux enfants débordée, une femme hyperactive, une amie fidèle et une grande sœur bienveillante.

J’ai lancé il y a un an le podcast Bliss-Stories qui a pour vocation de libérer la parole des femmes autour de sujets encore trop tabous tels que la grossesse et l’accouchement. J’ai donc décidé de tendre le micro à des femmes anonymes et influentes afin qu’elles puissent transmettre l’information sur ces moments clés de la vie d’une femme.

 

Quel est l’objectif de ton podcast ?

Mon objectif de départ était surtout d’informer. Je me suis souvent retrouvée à donner des conseils, à raconter mon histoire en prévision de grossesses de mes sœurs, de mes cousines ou de mes amies. Souvent on me disait : « Mais si tu ne me l’avait pas dit, qui me l’aurait dit ? ». En partant de ce constat effarant et édifiant, je me suis dit que ce n’était pas possible en 2018, d’être autant dans le flou. Ce n’est pas normal. L’information existe dans les livres mais de façon très diluée, superficielle et édulcorée. L’information pratique, concrète et efficace est peu accessible.

Mon envie est donc de rendre accessibles des informations liées à la grossesse et à l’accouchement pour que les femmes se sentent moins seules et qu’elles puissent mieux se préparer.


Comment en es-tu arrivée là ?

J’ai commencé sur les plateaux de cinéma. J’étais assistante à la mise en scène sur des téléfilms ou des longs métrages. Puis j’ai fait de la production à la télévision et j’ai découvert le casting qui fut une révélation. Aujourd’hui je suis directrice des castings au sein d’une grande chaîne de télévision. Je manage des équipes qui doivent trouver des candidats qui participeront aux émissions que l’on produit en interne. J’ai découvert à quel point j’aimais l’humain. Mon travail consiste à trouver des personnes qui vont raconter de véritables histoires.


C’est cette passion pour les castings qui t’a donné envie de faire des podcasts ?

Oui ! La passerelle était assez évidente. J’ai découvert les podcasts de maternité il y a deux ans à travers des podcasts anglophones et je me suis rendue compte que ça n’existait pas en France. J’ai trouvé que c’était tellement fort, puissant, et incroyable ! Moi qui travaille depuis toujours dans l’image, j’ai découvert la puissance de la voix et du son. Ce fut une véritable révélation. Avec les podcasts on nettoie les artifices et on garde uniquement le produit brut, l’essentiel. Il y a une proximité immédiate et très forte avec la personne que tu écoutes.

J’ai décidé de me lancer parce que ça n’existait pas ! C’était indispensable que ce média soit au service de témoignages intimes autour de la maternité. Alors je me suis dit : « Qu’à cela ne tienne, je vais le faire ! »


As-tu une anecdote à partager ?

J’ai effacé tout l'enregistrement du premier épisode ! Heureusement c'est une amie... alors on a recommencé, et c'était encore mieux ;)


Qu'est-ce qui t'as donné envie de t'engager dans le féminisme ?

Mon « éveil féministe » a été extrêmement accéléré par le constat accablant des témoignages que je recueille sur les violences obstétricales, qui me font bondir de rage et qui me poussent tous les jours à tendre mon micro à un maximum de femmes, car on doit se battre pour que ça n’existe plus. En fait ma conscience féministe s’aiguise un peu plus chaque jour.

Tout ce qui se passe en ce moment sur la prise de parole et de pouvoir des femmes. Je suis fascinée par les personnes qui essaient de faire bouger les lignes. Dès que j’entends de près ou de loin des initiatives féministes, collectives ou sociales, ça me bouleverse. Je ne suis pas encore engagée à proprement parler, cependant j’y pense sérieusement.

Vous pouvez suivre Bliss-Stories sur Instagram !

 

 
Cliquez pour rejoindre
notre communauté!